Les médecins libéraux et la fiscalité : Comment tirer parti des changements récents

médecin libéral en blouse blanche

Jusqu’à l’année 2022 (année de revenus), les médecins non adhérents à une association de gestion agréée (AGA) étaient pénalisés par une majoration de leurs revenus imposables. Cette majoration (au départ de 25% !)  a diminué d’année en année. Elle disparaît totalement sur les revenus 2023.

Il n’y a donc plus d’avantage fiscal à adhérer à une AGA car vous serez imposé sur la même assiette, adhérent ou non : plus de majoration.

Les avantages

Mais les médecins conventionnés du secteur 1 retrouvent la possibilité de profiter des abattements dits « conventionnels ». Auparavant, ils ne pouvaient pas les cumuler avec l’adhésion à une AGA.

Ces abattements, mis en place en 1970, n’étaient jamais utilisés puisque l’avantage d’adhérer à une AGA était supérieur. Et les médecins choisissaient l’avantage des 25%. (devenus ensuite 20, 15,10 etc) . Ils ne pouvaient alors pas cumuler les deux. Il était impossible de profiter des abattements conventionnels tout en adhérant à une AGA.

 Avec la suppression de l’avantage fiscal lié à l’adhésion à une AGA, c’est le retour des « abattements conventionnels » qui redeviennent intéressants.

Ils sont au nombre de 2 :

  1. Abattement sur les bénéfices non commerciaux
    Les médecins dits du « groupe III » (conventionnés « secteur 1) peuvent d’abord pratiquer un premier abattement (certes minime) sur leurs bénéfices non commerciaux. Cet abattement est fonction d’un barême progressif de recettes que l’on trouve sur le Bulletin Officiel des Finances Publiques.
    Certes ce n’est pas énorme puisque le maximum est 3050€.
  2. Déduction cumulable sur les recettes conventionnées
    Vous pouvez aussi cumuler cette abattement avec une « déduction »  de 3% sur l’ensemble de vos recettes « conventionnées », et cela devient évidemment beaucoup plus intéressant.

Ces avantages fiscaux peuvent être utilisés désormais, que vous choisissiez ou non de rester adhérent d’une AGA.

Si vous exercez en cabinet de groupe, ces abattements sont pratiqués sur la part qui vous revient.

Si vous avez une activité conventionnée + une activité non conventionnée, l’abattement sera pratiqué sur le chiffre de l’activité conventionnée uniquement.

 L’adhésion à une AGA peut rester un choix intéressant, pour des raisons qui vous sont propres (bénéficier de conseils et d’un accompagnement dans le suivi de vos comptes et de vos formalités par exemple). Il ne vous empêche plus de bénéficier de ces deux avantages fiscaux.

Philippe DUBUIS
Avocat au Barreau de Paris

D’autres articles

Licenciement pour faute grave : une preuve illicite admise

Un enregistrement sonore réalisé par l’employeur à l’insu du salarié est-il une preuve valable pour justifier le licenciement pour faute grave ? La Cour de Cassation répond OUI

La location financière ou le tonneau des Danaïdes….

Vous êtes artisan, commerçant, profession libérale, PME et vous avez des besoins en équipements bureautiques, informatiques,...

Le salarié ne commet pas de faute en dénonçant son employeur

Un salarié avait dénoncé au Procureur de la République l’existence d’heures de travail fictives dans l’entreprise. Il avait été licencié...

Le crédit-bail est caduc en cas de résolution de la vente

Par un arrêt rendu en Chambre Mixte le 13 avril 2018, la Cour de Cassation a opéré un revirement de jurisprudence, quant au sort du...

Fin (provisoire ?) du Droit de préemption de la commune

Lorsqu’un immeuble est divisé en lots pour être vendu, le locataire bénéficie d’un "droit de préemption" pour acheter le bien par rapport...

Les médecins libéraux et la fiscalité : Comment tirer parti des changements récents

Jusqu’à l’année 2022 (année de revenus), les médecins non adhérents à une association de gestion agréée (AGA) étaient pénalisés par une...

Une Révolution pour les Victimes d’Accidents du Travail

Les victimes d’accident du travail qui bénéficient d’une rente de la Caisse d’assurance maladie vont enfin pouvoir percevoir leur indemnité au titre du déficit fonctionnel permanent sans que celle-ci soit entamée, voire anéantie, par la Caisse.

Aller au contenu principal